Honeysuckle Rose

03 octobre 2010

Le roi Django

LE DIEU DJANGO

Django2J'ai failli tomber de mon siège ce matin, horrifié par le sinistre dessin marronasse supposé être notre Dieu Django que Monsieur Google, pour le 100ème anniversaire de la naissance de l'un des plus grands Jazzman du 20ème siècle, a peinturluré sur sa page d'accueil. Google se fout carrément du monde, mais , oui, il s'en fout. Comme quoi , être bourré de thunes n'agit aucunement sur la fibre esthétique de la petite quincaillerie de Montain View.
Qui ne connaît pas Django Reinhardt dans cette salle?... Google?...hin..hin....très drôle!....
Donc, court résumé de la vie de Django, mais le mieux c'est d'appuyer sur le bouton play du jukebox juste à côté. Sinon achetez les disques. Ils feront partie de votre vie et vous ne pourrez plus vous en passer comme moi. C'était en 1957, Je le sais parce que j'avais 14 ans, mais surtout, repère bien plus sérieux, c'était les dix ans des disques Vogue, vous pensez si je surveille ça de près les trucs de tous les dix ans. Bref, c'est l'année ou ma tante, non, mais la soeur de ma mère, qui habitait dans un deux pièces immenses de 23m2 rue d'Avron a eu sa télévision en 36cm avec écran rond et meuble vernis en dessous. Ce qu'on sait moins c'est la date de la mort de Django, le 16 mai 1953 à 43 ans d'une hémorragie cérébrale. Il repose à Samois sur Seine. De temps en temps je vais lui dire tout le bien qu'il m'a fait.

Dès l'âge de dix ans Django commence à jouer du bandjo, instrument populaire dans les bals de faubourgs et autour des zones et autres fortifs, ou la famille Reinhardt établit ses campements. A 12 ans il joue déjà dans les bals avec des accordéonistes.
 djangoA dix huit ans, donc en 1928, si vous comptez aussi bien que Google, Django est très gravement brûlé dans l'incendie de sa roulotte. Transporté à l'hôpital , puis kidnappé par sa famille inquiète qu'on ne l'ampute ( oui bon... putasse au subjonctif mais c'est pas mieux) Il souffre atrocement pendant dix huit mois, et reste handicapé de la main gauche. Désormais il ne jouera qu'avec deux doigts et demi, selon sa propre technique, sur la guitare que son frère Nin-nin lui a apporté pour le distraire. Le destin vient de frapper. Il va frapper encore à Toulon. Vers le début de l'été 1931, Django se ballade dans le sud. A Toulon, il joue dans les bars avec son frère Nin-nin ou il fait la connaissance du peintre Emile Savitry grand amateur du Jazz naissant, et qui possède un trésor qui va bouleverser la vie de Django; des enregistrements de Duke Ellington et de Louis Armstrong . Django se prend la tête dans les mains et se met à pleurer. Il a trouvé le Jazz. Et le Jazz va le trouver.
Sa rencontre avec Stéphane Grappelli va donner en 1934 le toujours célèbrissime Quintet du Hot Club de France et les enregistrements des morceaux comme Nuages, Minor Swing , Manoir de mes rêves.... rêves toujours aussi vivants qu'au premier jour, du moins pour ceux qui ont échappé au bruits de chasse d'eau de la "musique" commerciale.
Une autre anecdote pour finir. Un jour, Henri Crolla, guitariste très connu de son temps et accompagnateur du cow-boy Montand , monte à Montmartre chez Django qui habite alors, exceptionnellement, dans une maison en dur, rue Coustou . Il entre, et voit Babik, le tout jeune fils de Django, qui s'amuse à déchirer des billets de mille Francs " Mais... ..dit Crolla , Django... t'as vu le petit?.... tu le laisses faire?.... Django laisse alors tomber admiratif, " Formidable.. il a déjà le mépris de l'argent".
Juste quelques pistes pour les Bios de Django. Pour le reste, le Jazz , les vidéos etc... le mieux c'est de fouiner dans les brocantes, vide greniers ou l'on trouve encore quelques trésors, et sur le net. D'une, c'est le bonheur. Et deux, pour le reste et les morceaux, faites vous votre propre opinion. Sinon prenez un sachet de Roycotomate, faites bouillir la flotte, n'oubliez pas de verser. DL 23 janvier 2010.

Quelques Bios sur Django

  • - Antonietto Alain, avec la collaboration de François BILLARD, Rythmes futurs, Paris, Editions Fayard, 2004.
  • - DJANGO REINHARDT. UN GÉANT SUR SON NUAGE de François Billard
  • - Williams, Patrick, Django, Marseille : éditions Parenthèses, 1998 (R/1991)
  • - Roussin, Didier, Les Tsiganes, le musette, la guitare et le banjo, Études tsiganes, t.I, n°3 (1994), p.134-145.
  • - Nabe, Marc-Edouard, Nuage, Le Dilettante, 1993, rééd. 2009

 

Posté par Honeysuckle Rose à 19:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


George Shearing the magnificent

 

 

 

 

 

 

Posté par Honeysuckle Rose à 19:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]